Bienvenue sur Sex'Ohlala!

__________________________________________________

L’excision et l’infibulation toujours bien présentent en 2011

Les mutilations sexuelles faites aux femmes ne sont pas affaire du passé. Bien que généralement soustrait à notre connaissance d’occidentaux, 2 à 3 millions de jeunes filles et de femmes seraient touchées par cette pratique chaque année.

Pour plus d’information concernant ces statistiques Planetscope

L’excision, pratique la plus fréquente, consiste à l’ablation du clitoris (clitoridectomie), et fréquemment des petites lèvres.  L’infibulation pour sa part consiste à la suture des grandes lèvres qui refermeront la majeure partie du vagin.  Ces procédures sont généralement fait par un membre de la famille ou du village, souvent à l’aide de couteau de cuisine, de tiges de bois et de cordes brutes.  Dans certains cas, des oeufs battus et de la cendre sont appliqués sur la plaie pour arrêter les saignements.  Le tout se fait, bien évidemment, sans anesthésie.

Souvent forcées et toujours dans de grandes douleurs, ces femmes, généralement des jeunes filles, vont subir cette « chirurgie » qui leur permettra de devenir une femme.  Particulièrement une femme respectable et « bonne à marier ».  C’est d’ailleurs pour cette principale raison qu’un certain nombre de femmes acceptent cette épreuve volontairement et l’exigent même à leur tour pour leur fille.  Bien ancrés dans la culture, ces rites en deviennent essentiel.  Mais pas pour tout le monde.

Bien que la mentalité soit bien établie, un nombre de plus en plus grand de femmes, et d’hommes également, tentent de contrevenir à la tradition.  Certains, moins rebelles, préconisent l’excision mais non l’infibulation et, considérant la douleur comme non nécessaire au rituel, se tournent vers le milieu médical afin de s’assurer d’une procédure propre et sécuritaire.  D’autres, par contre,  désertent carrément leur lieu de naissance pour aller vivre dans un endroit où ces pratiques ne sont pas « à la mode ».

Bien qu’il ne nous appartienne pas de juger les pratiques d’autres cultures, les mutilations sexuelles sont très difficilement acceptable socialement en Occident de part leur aspect barbare.  Elles sont illégales dans la plupart des pays du monde et de nombreuses organisations militent pour leur abolition.  Mais attention!  Qui sommes-nous pour parler de barbarisme alors que le commerce des chirurgies vaginales monte en flèche?  Comme quoi chaque société possède sa version des mutilations sexuelles!

About ninike

Speak Your Mind

*

Publicité pour ton site et échange de bannières