Bienvenue sur Sex'Ohlala!

__________________________________________________

Hasta La Vista Ou La Quête D’Une Sexualité Malgré Certaines Difficultés

L’article de Ninike « La Prostitution Pour Personnes Handicapées », paru en décembre dernier, m’a grandement inspiré pour cet article. En fait, il m’a ramené dans mes souvenirs d’été lorsque je visionnais des films au Festival des films du Monde. En effet, mon coup de cœur et celui de l’ensemble du Festival a été le film Hasta la vista.

J’ai bien l’impression qu’en tant que société, nous avons tendance à oublier que certains groupes de personnes puissent avoir des désirs sexuels malgré ce qui leur arrivent dans la vie. Évidemment, les personnes âgées, les personnes ayant une déficience intellectuelle, celles ayant un handicap et bien d’autres font parties de ce préjugé. Peut-être pensons-nous que leurs pensées, leurs difficultés, handicaps ou maladies occupent une si grande place dans leurs tête qu’elles ne sont pas comme vous ni moi? Et qu’en fait leurs pulsions sexuelles, leurs fantasmes, leur désir de découvrir la sexualité serait nul? Mais qu’en est-il exactement?

Lors du Festival des films du monde 2011, j’ai regardé « Come as you are (Hasta la vista) » , un film belge réalisé par Geoffrey Enthoven. Il s’agit de l’histoire de trois adolescents-jeunes adultes handicapés – chacun de façon différente – qui désirent connaître une relation sexuelle avant de mourir. Pour être sincère, j’ai été subjuguée par le choix de la quête des personnages ainsi que par le jeu des acteurs. Je suis passée par toutes sortes d’émotions à travers leurs péripéties pour se rendre à un bordel pour handicapés. J’ai ri, j’ai pleuré, je me suis questionnée sur les différents sujets abordés dans le film. Est-ce que l’utilisation d’un bordel réservé pour les handicapés est nécessaire dans la vie de tous les jours? Je ne croirais pas. Par contre, je crois que ça démontre l’espoir qu’ont ces jeunes de découvrir la sexualité avec une femme (dans ce cas), de goûter aux sensations de toucher et de se faire toucher, et de ne pas se sentir jugés compte tenu que le bordel est annoncé étant pour les handicapés.

En naviguant sur Internet, j’ai découvert un article écrit par VickingJack qui nous explique combien il déplore l’idée d’assistance sexuelle ou de prostitution. En fait, selon lui, l’idée même de penser à la prostitution ou à avoir une assistante sexuelle l’insulte. Pour lui, même une personne « valide » peut avoir recours aux services d’une travailleuse du sexe pour combler ses besoins sexuels. Sa vie sexuelle n’est pas obligatoirement liée à la prostitution. Il a, et continue d’avoir, des relations avec des femmes et en connaît beaucoup qui font comme lui.

L’émission Une pilule, une petite granule a même dédié un de leur reportage sur la sexualité des personnes handicapées. Ce que les animateurs présentent me remplie d’espoir. En effet, ils racontent l’histoire d’un homme et d’une femme vivant avec un handicap, se déplaçant en chaise roulante et vivant dans un centre d’hébergement. Dans ce centre, une pièce est réservée pour les rendez-vous plus intimes. Les employés vont les installer sur un lit puisque ce couple ne peut pas le faire d’eux-même. Étant donné, parfois, la difficulté dans leur mobilité, ce centre offre d’utiliser des plumes qui rallongent les bras d’une certaine façon. Bien que notre société véhicule beaucoup l’acte sexuel dans sa génitalité, je trouve que cette façon de faire nous ouvre l’esprit sur l’infini des pratiques sexuelles que nous pouvons découvrir sans devenir obsédés de la pénétration.

En choisissant ce film comme premier article, je souhaite que votre curiosité soit piquée et que vous le regardiez pour vous rendre compte que nous ne sommes pas tous si différents les uns des autres. Si l’envie vous prenait, lorsque vous l’aurez vu, faites moi part de vos commentaires, réflexions et questionnements que le visionnement aura provoqués.


La bande-annonce youtube

Speak Your Mind

*

Publicité pour ton site et échange de bannières